lundi 14 mai 2012

Michel Gbagbo, fils de son père




Lettre à Koffi Yamgnane :
Dites à François Hollande de nous montrer un signe
par Steve Beko



Monsieur,

C'est avec un esprit très alerte que j'ai lu ce matin toutes vos déclarations concernant la vision africaine de votre ex candidat et désormais Président de la République française, le socialiste François Hollande. Vous serez peut être déçu, mais je me dois, au nom de la vérité qui fait ...le socle de la gauche, de vous dire que vous n'avez rien dit de nouveau. Tous les pouvoirs de droite qui se sont succédé à la tête de votre pays nous ont tenu ce même discours avec, pour maître mot, de tuer la Françafrique, cette gangrène qui est un véritable obstacle au développement de nos pays.
Comme vous avez pu le constater, les Ivoiriens Français, pour ne citer que ceux-là, se sont investis dans la campagne contre Sarkozy. Pas tous en tout cas car vous avez certainement vu le RDR de Dramane Ouattara se battre et se débattre comme un beau diable afin de maintenir le président sorti au pouvoir. Mais comme dans vos pays, contrairement aux nôtres, on ne peut pas triompher sans avoir raison, votre candidat l'a emporté au grand bonheur de tous les peuples qui ont été décimés par Sarkozy sur le continent africain.
Comme Nicolas Sarkozy lors de son ascension à l’Élysée, vous prédisez la mort de la Françafrique; vous reconnaissez même que la jeunesse africaine a aujourd'hui une mauvaise image de la France, compte tenu de la violence particulière dont a fait preuve votre pays lors des récents évènements qui ont secoué notre pauvre continent. Vous clamez que François Hollande est un homme nouveau contrairement à François Mitterrand qui lui, avait été administrateur de colonies. Votre discours semble sincère je dois l'avouer, vous savez trouver les mots pour faire rêver tout un peuple mais........ mais et mais, nous VOULONS UN SIGNE de votre bonne foi.
Pourquoi nous demandons un signe ? Parce que nous sommes maintenant comme une belle femme qui, toute sa vie, espérait rencontrer l'homme qui lui était destiné afin de vivre l'amour vrai qui est raconté dans les contes et les livres. Sa foi en l'amour l'a emmenée à faire confiance à plusieurs soupirants qui, après avoir abusé d'elle, l'ont abandonnée. Aujourd'hui, elle se retrouve à l’orée de la ménopause avec plusieurs enfants sous la main. Dans le quartier, on l’a traitée de pute et de fille de mœurs légères mais en fait, elle est victime de sa confiance en son prochain. Elle a toujours cru que l'homme ne pouvait pas être méchant gratuitement mais les faits sont là. Quelle attitude pensez-vous qu'elle adopterait face a son prochain soupirant ? Elle exigerait de lui plus que des mots, elle lui dirait '' si tu m'aimes, épouse-moi''.
Et d'ailleurs, demander un signe n'a rien d'amoral et d’immoral. L'histoire de la bible nous raconte qu’à plusieurs reprises, des personnes à qui le tout-puissant avait confié des missions, lui ont demandé un signe pour être bien sûrs que le message venait bien de lui. Lorsque Marie, la compagne de Joseph, est tombée enceinte sans qu'il ne l'ait touchée, il a fallu que Dieu lui envoie un signe afin qu'il comprenne qu'elle ne lui avait pas été infidèle mais qu'elle était en mission pour son compte. Après le déluge auquel a survécu Noé, Dieu a bel et bien fait apparaître un arc-en-ciel afin de tisser une nouvelle alliance et lui promettre qu'il ne détruira plus le monde comme il l'a fait.

Mr Koffi Yamgnane, les Ivoiriens Français mais aussi les Ivoiriens Ivoiriens veulent un signe de votre leader. Il lui suffit de faire libérer Michel Gbagbo, fils du président Gbagbo qui n'occupait aucune fonction politique et administrative durant les dix années passées par son père à la tête de l'exécutif ivoirien et qui se trouve depuis plus d'un an en prison et dont le délit est d’être ''le fils de son père'' comme l'a précisé Mr Ahoussou Jeannot, actuel 1er ministre d'Alassane Ouattara.
Durant le débat du second tour, Mr Hollande a plusieurs fois rappelé à son adversaire qu'il y avait 9 otages français dans le monde contrairement au chiffre de 8 dont parle la presse en général. Nous osons espérer qu'il pensait à Michel.
Nous voulons croire en votre volonté de changement donc de rupture mais nous avons tellement été abusés que nous voulons maintenant un signe.
FAITES LIBÉRER MICHEL GBAGBO.

Bon début de quinquennat à vous et au Parti Socialiste français.

Texte - Steve Beko (Facebook), mis en ligne par l'indispensable Gri Gri international:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire