dimanche 19 juin 2011

M. ALI CAMUS ET LYNX INFO PRISONNIERS DE CONSCIENCE!

La liberté. On ne mesure sa valeur que lorsqu’on l’a perdue.
La beauté d’un arbre, le luxe du ciel, le lyrisme des éclats du soleil brûlant...il faut avoir perdu la liberté pour la percevoir, pour mieux la sentir. Ceux qui n’ont pas encore eu cette opportunité de perdre la liberté, pour mesurer l’immense joie de l’errance et du vagabondage, peuvent comparer sa perte à celle de la santé. On n’appréhende les vraies dimensions de la santé que lorsqu’on est malade. ( …)

Nous sommes libres à partir de notre capacité à nous définir des principes moraux qui guident notre comportement et notre réflexion, à nous définir en tant qu’êtres doués de sens et de raison, appartenant à une société, à un pays, à un continent … à l’humanité.
Qui peut mesurer l’immense épaisseur des murs de la prison personnelle de l’homme corrompu, balloté, vendu, acheté… et dont les actions et les réactions ne dépendent que des autres ? Une terrible prison.
Nous pouvons comprendre le drame de tous ces hommes qui ont hypothéqué leur conscience, leur moralité, leur savoir, leur humanisme…pour une hypothétique récompense.
C’est bien ce à quoi nous assistons au Lynx info, au sujet de Kofi Yamgnane dont tout porte à croire que ce site internet, ce site improbable, a reçu du RPT, son maître, la mission de brouiller l’image au profit de la dictature en place au Togo. Lynx manipule, ment, désinforme et censure toute opinion divergente ou critique à son encontre. Pourtant, le chef d’orchestre, M. Ali Camus, la main sur le cœur, jure ses grands dieux qu’il ne dit que la vérité ! Il cherche à tout prix à comparer Faure son président à Kofi comme si les Togolais pouvaient encore être dupes. Une misère !
Lui qui ne trouve presque jamais rien à dire sur le combat que mène l’opposition togolaise, a trouvé LE sujet pour noircir son écran. Ce faisant, il prend la posture- s’en rend-il seulement compte- du sot chinois qui regarde le doigt du sage au lieu de regarder la lune que celui-ci  lui montre!
Cela peut s’expliquer, vu que son seul vrai partenaire c’est le régime tortionnaire installé au Togo, sur des milliers de corps  de Togolais massacrés.
La liberté en échange du mensonge, du vol, du détournement, de la corruption, de la manipulation, de la délation, du crime et de la luxure… De ces prisons-là, on ne sort jamais.
C’est là le piège dans lequel notre ami Camus et les siens sont tombés et qu’en bons imbéciles, refusent de sortir. Ils refusent parce qu’ils ont une dette morale à l’égard de leur financier, parce qu’ils préfèrent l’argent facile à l’argent gagné par le travail, l’argent du Togo, volé par le régime RPT, l’argent du sang des Togolais.
Ali Camus est un vrai imposteur,  incapable d’assumer ses opinions. Ali Camus est tout à la fois une vipère et un hibou aux yeux puants de honte. Lui qui a visiblement raté son aventure allemande et qui a du mal à se soumettre  à la rigueur du noble métier qu’est le journalisme.
Apprenons à savourer notre liberté : elle est incomparable avec leur prison. Apprenons à déguster notre liberté de dire oui quand nous pensons oui et non quand nous pensons non.
Soyons riches de rien du tout, ce rien du tout qui est une immense fortune pour les hommes libres que nous sommes.
   Mesurons à sa juste valeur notre liberté de sourire franchement aux gens que nous aimons et d’exprimer notre dépit à ceux que nous détestons. Un immense bonheur. N’envions pas l’esclavage de tous ces invertébrés amoraux, prisonniers du mensonge, du vol, du crime et de la manipulation, avec leurs chaînes de matériel, leurs boulets de luxe.
C’est en les enviant que nous nous perdons. C’est en ignorant leur drame que nous nous laissons corrompre en vendant notre liberté. Ils ne sont pas heureux. Alors pas du tout ! Le masque chatoyant de leur dehors enviable cache l’immonde putréfaction de leur intérieur nauséabond. Ils le sentiront davantage à l’heure du bilan.
Moi j’ai décidé de combattre cet aspect de M. Camus car le pire n’est pas la méchanceté des hommes mauvais mais le silence des hommes bons.

  Comme le loup de la fable, refusons tous les excellents mets du chien mais regardons bien le collier qu’il porte à son cou. La liberté n’a pas de prix : ne bradons jamais la nôtre.

                                                                                                   Derrick Tamandja. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire