dimanche 24 septembre 2017

LE CHANGEMENT DANS L'ARMÉE EST UNE URGENCE ET UNE PRIORITÉ !



Il n'est un secret pour personne au Togo que l’institution militaire a investi tous les domaines de la vie administrative, économique et financière, y compris les domaines qui ne relèvent pas de ses compétences, alors même qu'elle ne dispose pas en son sein ni des ressources humaines, ni des compétences techniques requises : postes prestigieux dans des ministères sans aucun rapport avec la défense et la sécurité, directions de grandes sociétés d’État ; Chefs de services publics déconcentrés, notamment les préfectures, les hôpitaux, les établissements scolaires, les ambassades à l'étranger...etc.
Et pourtant la réalité de la situation sociale et économique de nos militaires laisse tellement à désirer ! Pauvreté, indignité, défiance vis-à-vis du peuple...l'échec du pouvoir politique dans ce domaine, comme dans tous les autres, est patent.
Mal traité, mal habillé, mal logé, mal soigné, mal considéré...le soldat togolais est l'esclave du pouvoir politique togolais.
Notre pays est en recherche de son développement. Personne ne conteste à l’armée son rôle dans cette quête du développement et de la prospérité de notre pays.
Mais je constate que le marasme économique qui s’approfondit depuis plus de 50 ans d’indépendance, a «appauvri» prioritairement l’institution militaire, lui enlevant jusqu’à sa dignité, en poussant la plupart de nos soldats à la mendicité et au racket, aux trafics illicites en tous genres...
De plus, l’armée a été lentement mais sûrement transformée en «plusieurs groupes d’hommes armés», des «milices» au service exclusif de la sécurité personnelle de son chef qui n’est autre que le Chef de l’État. L’armée togolaise a été gérée dans le but clairement assumé d'ignorer la République et ses valeurs. Elle se caractérise donc par :
- Un manque total de respect pour les «élus» de la nation;
- Elle ne reconnaît le pouvoir politique que parce que celui-ci garantit l’impunité à ses membres mêlés aux crimes économiques et aux crimes de sang.
- Son organisation basée sur l’ethnicisme, la division, la délation, la surveillance de la vie privée des uns contre les autres, l'espionnite, le montage, la calomnie, nous a éloignés du rang et de la dignité des élites militaires des autres pays de notre sous -région.
- Ses méthodes de promotion peu orthodoxes, reposant sur une absence totale de reconnaissance du mérite : retardement des élites n’adhérant pas aux idéaux du parti RPT/UNIR, avancement rapide en grade (même avec des incompétences notoires) des familles alliées au pouvoir ;
- Progression rapide et exceptionnelle des éléments utilisés dans les basses besognes et qui finissent sur la liste des personnes à assassiner ensuite dans le but de « protéger le secret d’État ».

Au Togo, ce n’est pas le mérite ou la formation initiale qui justifient la promotion, mais davantage le zèle démontré au parti au pouvoir. Tout officier est d’abord un partisan! Tout soldat est d’abord un militant !

La vie quotidienne du soldat togolais est une vie de misère, qu'il s'agisse des risques liés à la vie professionnelle, de la politique du logement ou dans le domaine des transports, de la politique
dans le domaine purement militaire ou des droits du militaire...etc.
Seul un changement à l'intérieur même de l'institution militaire est susceptible de lui donner respect et dignité.

1- Risques liés à la vie professionnelle
Soldat togolais,
Comment expliques-tu que pour toi qui as choisi de sacrifier ta vie pour ta nation, aucune disposition en termes d’assurance pour ta vie professionnelle ne soit prise ?
En effet aucune mesure n'existe pour dédommager les militaires, ni pour sécuriser leurs épouses et les pupilles de la nation ayant perdu leurs parents dans :
- des accidents de la voie publique en mission commandée officielle et/ou officieuse;
- des interventions militaires de sécurisation du territoire ;
- des stages d’entrainement et de perfectionnement ;
- des missions en opérations extérieures ;
- des opérations de sauvetage.

Soldat togolais,
Comment expliques-tu la disparition de certains de tes frères d’armes connus pour leurs idées et leurs opinions enrichissantes mais considérés comme opposés à la ligne officielle du parti au pouvoir ?

Te sens-tu réellement en sécurité pendant tes missions? Quelle garantie en as-tu ?
Sais-tu que si tu estimes que la mission qui t'a été confiée ne correspond pas à tes aspirations et à tes convictions, tu as le droit de te confier par exemple au HCR pour dénoncer l’autorité qui te l’a confiée ? Sais-tu que tu seras alors protégé par cette institution internationale et placé en sécurité ?

2- Politique du logement
Soldat togolais,
Comment expliques-tu que pour toi qui as choisi de sacrifier, y compris ta vie pour ta nation et son peuple, aucune disposition en termes de politique du logement du soldat ne soit prise pour te garantir un logement décent avant la fin de ta carrière ?

3- Politique dans le domaine du transport
Soldat togolais,
Comment expliques-tu que pour toi qui as choisi de sacrifier, y compris ta vie pour ta nation et son peuple, aucune disposition en termes de facilités de transport public individuel ou collectif, n’ait été prise en ta faveur ?
Comment expliques-tu que pour toi qui as choisi de sacrifier, y compris ta vie pour ta nation et son peuple, ton salaire soit si bas, un salaire de misère, de condescendance et de mépris affichés ?

Les officiers, pour la plupart intègres et compétents, « tirent la langue ! »
Combien d’officiers peuvent-ils se payer, par leur seul salaire, des soins en cas de maladie grave, dans les grandes cliniques nationales, pour eux-mêmes, leurs épouses ou leurs enfants ?
Combien d’officiers peuvent-ils, par leur seul salaire, décider de réserver la moindre chambre d'hôtel à l'intérieur du pays pour y amener en vacances femme et enfants ?
Combien d’officiers réussissent-ils par leur seul salaire, à se construire une maison avant leur départ à la retraite ?
Quel est le pouvoir d’achat d’un homme du rang, d’un sous-officier, d’un officier, quand on le compare à celui de leurs collègues de notre sous région ? Sommes-nous le pays le plus pauvre ?
De quels moyens disposent tes enfants écoliers, collégiens, lycéens, étudiants pour assurer leur avenir ?
Où va l’argent du pays ?

Soldat togolais,
Veux-tu, malgré tout, continuer à être le complice et l'instrument d'une telle situation ?
Assumes-tu la responsabilité de voir tes enfants devoir rembourser toute leur vie la dette correspondant aux richesses du pays que tes chefs et tes dirigeants ont volées et amassées dans des paradis fiscaux ?

Sinon comment comprendre que « l’heureuse minorité élue » (officiers, sous-officiers et hommes du rang, 100 tout au plus !), à genoux aux pieds du chef suprême, acceptant d’être muselée, ballottée et manipulée pour ses intérêts personnels (argent, belles voitures, belles maisons, espoir d’avancement rapide) ne se rende pas compte qu’elle est assise sur un château de cartes :
- tes biens peuvent être détruits par le peuple.
- ta mort peut survenir soudainement au cours d'une émeute, sans compter les menaces et agressions mortelles sur ton épouse et tes enfants.
- tu es exposé à la menace d'exil, de dénonciation, d'extradition, de prison à vie, de traduction devant le Tribunal Pénal International... etc.

Quant à vous, officiers ou sous-officiers « non élus » à la table du prince, à quoi vous sert-il de lui obéir aveuglément dans cette tromperie du peuple pour vous retrouver quelques mois plus tard dans la même situation d’incertitude pour vous et pour vos familles ?

Soldat togolais,
Le changement dans l'armée est une urgence et il doit venir de l’intérieur même de l’institution militaire qui, heureusement, compte aujourd’hui dans ses rangs, davantage de démocrates que de criminels ou de sécurocrates consentants.
C’est surtout sur vous, sous-officiers et hommes du rang, que je veux compter pour rétablir cette indispensable confiance entre le peuple et son armée.
Les officiers, qu’ils le veuillent ou non, se rallieront alors au mouvement puisqu’ils n’auront pas d’autre choix que de saisir la main tendue par le peuple, celle de la dernière chance, du pardon et de la réconciliation.
Militaires, Gendarmes, Policiers, Gardiens de la sécurité du territoire, vous tous, alors que vous avez choisi un métier noble marqué par le sens aigu de l’honneur et de la dignité, vous avez tous, à tort à ou raison, été embarqués dans une aventure sans lendemain, depuis des décennies ; vous devinez aujourd'hui à l’horizon la tragédie qui vous attend, vous et vos familles et déjà vous rêvez de quitter le Titanic avant qu’il ne soit trop tard, afin de vous repentir et de contribuer à la construction de la République nouvelle. Qu'attendez-vous ?

Militaires, Gendarmes, Policiers, Gardiens de la sécurité du territoire, choisissez le changement dès maintenant et l’Histoire retiendra qu’une génération d’hommes et de femmes militaires a choisi de mettre fin au calvaire de tout un peuple.
Le rétablissement de la confiance entre le peuple togolais et son armée passe par cette étape.
Dès le changement, des audits nécessaires à la compréhension des situations humaines, sociales et financières des soldats d'active et des retraités, permettront de rétablir les uns et les autres dans leurs droits et de leur redonner à tous leur dignité dans la nouvelle République reposant sur les valeurs démocratiques universelles...

Soldat togolais,
C'est parce que tu as choisi le métier des armes, pour défendre tes concitoyens, y compris par le sacrifice suprême, que le peuple togolais te respectera, t'aimera et te donnera de la considération.

Soldat togolais,
Ne tire plus sur ta mère, sur ton père, sur ton frère, sur ta sœur...
Le combat que mène le peuple togolais pour le changement est aussi ton combat !

Viens rejoindre le peuple !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire