lundi 5 octobre 2015

"L'INVESTISSEMENT DE LA DIASPORA TOGOLAISE DANS L'ECONOMIE DU TOGO".



1/- Que doit ou peut faire le gouvernement togolais pour hâter/inciter la diaspora togolaise à davantage investir dans l'économie togolaise?
Kofi Yamgnane(K.Y.) : Le tout premier geste à faire par le gouvernement togolais, c'est de reconnaître comme citoyens à part entière les Togolais de l'extérieur : droit de vote et droit d'éligibilité. De toute l'Afrique, le Togo est le seul pays dont certains citoyens, parce qu'ils vivent à l'étranger(par obligation ou par choix), n'ont aucun droit politique.

2/- Très concrètement, d'un point de vue législatif et administratif (lourdeurs administratives), quelles mesures peuvent prendre les autorités togolaises pour s'attirer les faveurs financières de ces Togolais de cette diaspora riche et diversifiée?
Kofi Yamgnane(K.Y.) : Du seul point de vue théorique, le Togo dispose de l'arsenal législatif et administratif nécessaire et suffisant pour attirer tous les investisseurs du monde. Donc le problème n'est pas là. Le problème, c'est la corruption qui gangrène notre pays : aucun investisseur ne peut avoir raison face à l'administration et donc ne bénéficie d'aucune protection juridique, cela est peu propice au désir d'investissement ; si le budget de notre pays n'est exécuté qu'à hauteur de 20% à 50% selon les secteurs, c'est bien parce que ministres et fonctionnaires d'autorité attendent leur bakchich avant tout engagement ; les services des douanes, de police, de gendarmerie...etc, sont des purs repoussoirs à investisseurs...
Que le gouvernement mette fin à tout cela et non seulement la diaspora, mais aussi d'autres investisseurs viendront au Togo comme ils sont au Ghana et au Botswana, par exemple.


3/- En tant que membre de cette diaspora ou spécialiste des questions économiques, à vos yeux, vers quels secteurs prioritaires porteurs de croissance doit se tourner cette diaspora, si elle veut investir au Togo?
Kofi Yamgnane(K.Y.) : Lorsque l'ensemble des obstacles présentés ci-dessus sera levé, la diaspora connaît les priorités de notre pays : d'abord l'agriculture et l'agroalimentaire afin que plus aucun Togolais ne meure de faim ; ensuite l'économie numérique qui est le secteur d'avenir dans l'économie mondiale de demain et où le Togo se doit d'être présent. Voilà, pour moi, les 2 secteurs prioritaires porteurs de croissance.


Propos recueillis par Edem Gagbadekou

Aucun commentaire:

Publier un commentaire