mercredi 2 mars 2016

LES MENSONGES D'ÉTAT DE FAURE GNASSINGBÉ


Le chef de l’État Faure Gnassingbé a séjourné du 29 février au 1er mars en terre suisse. C’est dans le cadre de la 31ème session du Conseil des Droits de l’Homme tenue à Genève. Une rencontre au cours de laquelle il a exhorté la Communauté internationale à intensifier ses actions en matière des Droits de l’Homme. Une exhortation qui contraste scandaleusement avec la réalité des Droits de l’Homme au Togo, le pays qu'il dirige d'une main de fer.

Randolph Antoine, citoyen franco-togolais, docteur vétérinaire en Alsace, a été enlevé le 22 février dernier à Lomé et actuellement toujours détenu à l’Agence Nationale du Renseignement (ANR) togolais ; Pascal Bodjona aura passé 525 jours de détention dans la prison civile de Tsévié, sans jugement malgré une procédure entaché d’irrégularités ; Étienne Yakanou est mort en prison dans le cadre de l’incendie du grand marché de Lomé, Les récentes manifestations à Mango ont fait 9 morts par balles...etc. La liste est interminablement longue.

À ces détentions arbitraires s’ajoutent les répressions sanglantes des manifestations de l’opposition et de nombreux médias sont fermés.

Voilà ce à quoi ressemble la situation réelle des Droits de l’Homme au Togo et qui préoccupe Amnesty international dans son dernier rapport.

Curieusement, tout cela semble échapper à Faure Gnassingbé qui peint en blanc la réalité des Droits de l’Homme au Togo.

Il ose dire, toute honte bue : «Nous avons pris les mesures nécessaires avec hardiesse pour l’enracinement des droits de l’Homme dans toutes les sphères de la vie de notre peuple. Que ce soit, la refonte de l’arsenal juridique national pour intégrer les instruments normatifs internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par le Togo, la liberté d’expression, d’association et de manifestation, l’organisation d’élections crédibles, transparentes sans violence, l’incrimination de la torture sous toutes ses formes, la protection des minorités notamment les enfants, les femmes, les personnes handicapées et âgées », a-t-il déclaré lors de son intervention.

Pour lui, le Togo est un paradis en matière des Droits de l’Homme. Malheureusement, les faits sont là pour témoigner comment les Droits de l’Homme sont bafoués au Togo.

À l’écouter, on se demande de quel Togo il parle. Comme dirait ma grand-mère : « Pas même dans ses rêves ! ». C’est visiblement le cas chez Faure Gnassingbé, puisque la réalité est toute autre et que c'est le mensonge qui gouverne le pays. Quel gâchis !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire