vendredi 25 janvier 2013

Incendies des marchés de Kara et de Lomé: à qui profite le crime?



À 2 jours d'intervalle, le poumon et le cœur de l'économie togolaise sont partis en fumée. En attendant de savoir, grâce aux enquêtes qui vont être diligentées pour en connaître la cause et pour situer les responsabilités, il faut prendre conscience que ces catastrophes vont provoquer un traumatisme psychologique et économique de grande ampleur et de longue durée. La plupart des commerçants de gros comme de détail exerçant en ces lieux, sont ruinés pour longtemps sinon pour toujours.
C’est le cœur meurtri que j’ai suivi, minute après minute, la triste annonce de ces deux catastrophes.
Tous doivent savoir que le peuple togolais tout entier est avec eux dans ces jours de larmes et de colère pour eux et pour leurs familles. Sursaut Togo, mouvement populaire démocratique, son Président, ses militants et sympathisants prient chacun et chacune d'accepter leurs profonds sentiments de compassion, de solidarité et leurs encouragements à rester debout et dignes, malgré tout.
Avant toute chose, il faut évaluer avec précision les pertes subies par chaque commerçant et dire comment chacun sera remboursé ou à tout le moins indemnisé. Nous en appelons au sens de la solidarité de toute la société togolaise, y compris la Diaspora dont la fraternité est attendue en la circonstance.
Il est donc normal de s'interroger sur la manière dont sont assurés les commerçants et dont sont assurées les structures dans lesquelles ils exercent leurs activités: avaient-ils des assurances personnelles pour répondre à un tel sinistre? Comment les structures étaient-elles assurées par les collectivités publiques: communes, préfectures, État? Comment la sécurité était-elle assurée sur ces marchés et comment l'est-elle en général aujourd'hui sur ce genre d'équipements sur l'ensemble du territoire?
Il faut ensuite mettre tout en oeuvre pour la reprise rapide de l'activité sur ces 2 sites. Sursaut Togo demande donc solennellement au gouvernement, dont la responsabilité est engagée, de dire ce qu'il a prévu pour aider au redémarrage rapide des activités aujourd'hui sinistrées et de dire à qui profite ce crime économique.
Sursaut Togo recommande au gouvernement de ne pas se cacher derrière sa sacro-sainte théorie du «bouc émissaire» 
                                                                  Pour Sursaut Togo
                                                                  Son Président
                                                                  Kofi Yamgnane

Aucun commentaire:

Publier un commentaire