samedi 5 janvier 2013

VOEUX DE PROMPT RÉTABLISSEMENT À FAURE GNASSINGBÉ

Monsieur le Président,
Je voudrais, après les fausses, inimaginables et vaudevillesques nouvelles de votre mort, formuler le vœu que l’année deux mil treize, qui va commencer à courir bientôt, soit pour vous-même ainsi que pour votre famille, une année de bonne santé. Que le Tout-puissant veille sur vous et vous enlève le souci de santé que vous avez actuellement !
Qui, en fait, veut votre mort ? D’aucuns vont se demander pourquoi je reviens encore sur cette affaire qui ne fait plus la une de nos media. Je leur répondrai volontiers que j’y reviens parce que l’onde de choc que votre supposée mort a provoquée en moi est loin de s’arrêter. La vague qu’a suscitée cette non moins surprenante nouvelle est loin de retomber dans ma conscience. Je n’arrive pas à voir la mer étale et je continue de réfléchir.
J’y reviens parce que votre mort n’est pas ce qui préoccupe les Togolais, mais bien le contraire. Fausse nouvelle ! Fausse alerte ! Qu’en avons-nous récolté ? Rien. Sinon, d'avoir dû assister à la parade de votre camp RPT-UNIR-FAT, à la parade des «buveurs de gloire», des avides d’honneurs que vous êtes. Une parade qui nous a rappelé le «miraculé» de Sarakawa à Lomé. Vous êtes devenu aussi ce miraculé de fausse mort à Lomé ! Deux faux miraculés, avec votre feu géniteur! Cela nous a fait revoir ce que nous avions perdu l’habitude de voir, ce que nous n’avions plus envie de regarder : une tourbe d’hommes en complet. Des hommes, des femmes, avec la peur au ventre, craignant pour leur emploi, leur poste, se sont rassemblés malgré eux et contre leur conviction personnelle, tels des moutons de Panurge, pour vous offrir un bain de foule, à votre «retour triomphal». J’ai vu dans les rangs l’inusable Dramane Dramani, grâce à ce qui le caractérise : la laine blanche sur la tête. Par contre, je n’ai pas pu voir l’autre inusable et très discret conseiller, Barry Moussa Barqué, l’un des architectes du malheur togolais. Souvent calme, ne prenant presque jamais la parole, et pourtant l’une des plus dangereuses âmes damnées de votre père et aujourd’hui de vous-même. Il n’est pire eau que l’eau qui dort. C’est le moins qu’on puisse dire sur son compte.
Je n'ai pas vu non plus «le blanc bourreau», celui qui fait et défait les «rois», celui qui a fui la France pour échapper à la justice de son propre pays: Charles Debbasch!
Ceux qui ont publié cette insanité de votre mort pour distraire les Togolais et détourner leur attention de l’essentiel, de ce qui les préoccupe actuellement, ont tout simplement fait une embardée. Au fait, qui souhaite votre mort ? Personne! Les Togolais ne font qu'un vœu, le vœu unique de vous voir retrouver le plus promptement possible votre bonne santé et de vivre longtemps.
Votre père, Eyadema Étienne Gnassingbé, a tué et jeté nuitamment dans la lagune de Lomé, dans la mer, dans les forêts sacrées et interdites d’accès, des Togolais par centaines, mais il n’a jamais répondu de tout cela devant la justice des hommes avant de mourir paisiblement dans son lit douillet. Il est mort peinard, comme Mobutu Sese Seko du Zaïre, sans goûter aux amertumes de la vie, à l’humiliation. Mais un jour viendra, je vous le promets, où «nous irons cracher sur sa tombe». Trop de morts; trop d’honnêtes Togolais disparus comme un rêve; trop de réfugiés désespérés et pour qui trouver le bonheur, c’est la croix et la bannière; trop de vies brisées; trop d’espoirs de réussir interrompus, à tout jamais irréalisés; trop de rêves transformés en cauchemars... Tout cela est resté impuni. Justice n’a jamais été rendue aux victimes, dont les plaies au cœur sont toujours saignantes, béantes; les souffrances ineffaçables, intraduisibles, indicibles. Et comme si cela ne suffisait pas, vous qui l’avez remplacé de façon rocambolesque, vous continuez exactement et sans rémission la même chose. Vous êtes arrivé au pouvoir, faut-il vous le rappeler, dans le sang, faisant abattre froidement et avec préméditation les Togolais par milliers... sur les corps desquels vous avez fixé votre trône. Les blessés et les forcés à l’exil se chiffrent par dizaines de milliers comme pour nous dire : «...oui, je suis bien le fils de père...». En effet, les chiens ne font pas des chats! L’effusion de sang est loin de s’arrêter. Tous les jours que Dieu fait, les Togolais versent leur sang; ils sont brutalisés, malmenés, piétinés dans leur dignité. Ils ne sont pas pour vous une «fin en soi»; ils n'ont pour vous aucune dignité.
Vous souvenez-vous, Monsieur le Président, de cette femme exhibée la semaine dernière dans un clip sur le site «letogovi.com», une femme au visage tuméfié, au corps semé d’hématomes, endolori. Où est sa dignité ? Où se trouve le respect de son humanité ? Vos gendarmes aux mains lestes ont fondu sur elle, telle une meute de lycaons sur une proie. Son crime? Avoir osé dire que trop, c’est trop. Vous ignorez sans doute, Monsieur le Président, que toute forme de mépris de la dignité humaine a un nom: le fascisme! ...qui évoque les noms de Mussolini, d’Hitler... etc.
Alors donc, souhaiter votre mort devant ces crimes innommables et odieux, c’est non seulement déraisonner, mais c’est aussi vouloir signifier qu’ils resteront impunis. Dis-leur: «...par ma vie […], je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, mais à la conversion du méchant qui change de conduite pour avoir la vie’’» (La Bible de Jérusalem, Ézéchiel, 33, 11). C’est cette parole de l'Évangile qui dit le non-dit des Togolais à votre endroit. Ils ne prennent aucun plaisir à vous voir mourir, c'est trop tôt; ils ne veulent pas votre mort maintenant, c'est immérité. Tout ce qu'ils vous souhaitent, c'est de vivre longtemps pour répondre du mal que vous leur avez fait. Faure, vous ne mourrez pas comme votre père sans répondre devant la justice de tous ces crimes que vous avez commis.
Aujourd’hui, vous vous pavanez, vous allez où vous voulez, vous prenez plaisir aux pérégrinations que vous organisez avec notre argent. Vous n’avez aucun compte à rendre aux Togolais. Combien gagnez-vous? Quel est le budget alloué à votre présidence chaque année ? Les Togolais le sauront quand «les poules auront les dents», car pour l'heure, tout cela relève tout simplement du secret d’État. C’est ainsi que vous entendez diriger notre pays.
Mais un jour viendra, et c’est cela le souhait le plus ardent des Togolais, où vous connaîtrez le sort de Nicolae Ceausescu, de Moussa Traoré, de Charles Taylor, d’Hosni Moubarak et de bien d’autres encore.Bonne santé et longue vie, Faure !

Tchakie Thomas Sékpona

Aucun commentaire:

Publier un commentaire