mardi 19 mars 2013

Togo: une caricature de République bananière


La dernière «Assemblée nationale» togolaise a été élue le 14 octobre 2007. Élue pour un mandat de 5 ans, son renouvellement devait légalement avoir lieu avant le 13 octobre 2012. Seulement voilà: nous sommes en mars 2013 et on ne sait toujours pas quand aura lieu le scrutin de renouvellement des députés!
C'est pourtant depuis 2007 qu'on sait que pour le prochain scrutin, il faut mettre en œuvre les quelques mesures simples indispensables à son organisation: désignation des membres de la CENI, mise au point des matériels d'enregistrement, recensement de la population, recrutement des différents acteurs...etc...etc. Au lieu de quoi, rien, rien depuis 5 ans!
Si le consortium RPT/UFC/UNIR avait voulu donner au monde entier l'illustration de l'inutilité des députés togolais, il ne s'y serait pas pris autrement. Comme dit mon double compatriote Koffi Souza, alias Charles Debbasch, «le Togo est une démocratie apaisée»...Quelle dérision!
En réalité, le Togo est une désespérante «république» bananière. Tous les actes qu'elle pose ne le sont que pour donner le change à ceux qui la maintiennent en perfusion financière: comme à son habitude, à la veille de chaque scrutin, le pouvoir se rend compte qu'il n'a rien prévu, rien entrepris, rien réalisé. Alors pour s'en sortir, il lance ses appeaux. Le dernier en date est la triste série d'incendies des plus grands marchés du pays. Durant sa fuite en avant, le régime sème des dérivatifs divers et variés dont le seul objectif est de détourner l'attention de l'opposition qui ne demande d'ailleurs qu'à mordre à l'hameçon.
Et pendant que le peuple passe son énergie à réclamer la libération de paisibles citoyens arbitrairement arrêtés et embastillés, le régime pousse les feux de l'organisation de la fraude.
Lorsque revenu à lui, le peuple s'en apercevra, il sera, une fois de plus, trop tard et le régime se proclamera vainqueur!
La boucle sera bouclée et on repartira pour 5 ans!
Ce scénario dure depuis 50 ans: n'est-il pas temps d'y mettre un coup d'arrêt? 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire